07 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

Réhabiliter l’histoire de France pour restaurer la cohésion nationale

Des débuts de la 3ème République à la fin des années 70, des générations de petits Français ont appris qu’ils avaient la France en commun.

Des enseignants, de gauche comme de droite mais tous républicains, leur enseignaient que celle-ci était la grande Nation qu’en huit siècles quarante rois avaient bâtie et que sa grande Révolution avait diffusé dans le monde entier son message de droits de l’homme, de liberté et de fraternité. Ils se passionnaient pour les grandes batailles de Louis XIV et de Napoléon, pour l’épopée de Jeanne d’Arc, pour les poilus de 14, et pour les Français libres qui, à l’appel du Général de Gaulle, avaient combattu l’occupant allemand tant au Tchad que dans le Vercors. Ils admiraient Versailles et les châteaux de la Loire et quand ils contemplaient la Joconde, ils savaient qui était Léonard de Vinci, comment et pourquoi celui-ci avait passé une partie de sa vie à la cour de François 1er, dont ils savaient d’ailleurs aussi qui était son prédécesseur et qui était son successeur. Ils apprenaient et se passionnaient pour tout cela d’où qu’ils viennent et d’où que soient originaires leurs familles : Bretagne, Limousin, Poméranie, Pologne, Italie, Espagne, Portugal ou autres. Ils l’apprenaient à Paris, à Limoges, à Dakar, à Lomé, à Point à Pitre.

Certes, tout n’était pas parfait dans cet enseignement. En particulier il faisait la part un peu trop belle aux pages étincelantes et se montrait discret sur les aspects les plus sombres de notre histoire comme le massacre des protestants ou le génocide perpétré en Vendée. Mais globalement tous les enfants apprenaient l’histoire de France et quittaient l’école avec le sentiment d’appartenir à la même communauté nationale, qu’elle était la garante de l’indépendance et de la liberté et qu’elle valait d’être aimée et défendue.

Ici encore, ici surtout, les pédagogistes et les idéologues,  au nom de la modernité, de la « nouvelle histoire » comme on disait la « nouvelle vague » au cinéma, de l’ouverture sur le monde,  du respect de la diversité, du droit des minorités, de la repentance et autres fariboles, ont durement frappé. Les responsables politiques, qui pour la plupart se disent en privé indignés de ces dérives, les ont laissé faire, s’inclinant en public devant le politiquement correct. 

Ne les a-t-on pas vus, il y a quelques années battre en retraite devant la levée de bouclier qu’avait provoquée, chez certains maîtres autoproclamés de la pensée, la prétention insupportable des élus de la Nation à demander que les « bienfaits » de la colonisation soient étudiés à l’école au même titre que ses « méfaits » ? N’a-t-on pas vu un Président de la République s’opposer à ce que les armées soient associées au bicentenaire de la victoire d’Austerlitz, après avoir envoyé le porte-avions Charles de Gaulle à Plymouh participer aux commémorations du désastre de Trafalgar ? 

Résultat de cette offensive de longue durée contre ce que les inspirateurs de ces programmes taxent avec un mépris hautain de « roman national », nos enfants sont aujourd’hui historiquement acculturés, incapables de situer un événement dans le temps, de placer les régimes politiques français dans le bon ordre, ignorants de la plupart des grands moments qui, de Bouvines à la révocation de l’Edit de Nantes, de la guerre de cent ans à Waterloo, de la conquête romaine au sursaut de 1945 ont ponctué la marche multiséculaire de la France.

Dans le même temps on leur remplit la tête avec l’histoire de l’empire du Mali au XVème siècle ou celle de la naissance de l’Islam, sujets certes passionnants mais qui ont davantage leur place à l’université qu’en classe de 5ème et dont trois mois plus tard ils n’auront gardé aucun souvenir.

Au lycée c’est encore pire ! En première, par exemple, le rejet de la chronologie conduit à découper l’histoire du 20ème siècle par thèmes et ainsi à se pencher sur la seconde guerre mondiale avant d’étudier la montée des totalitarismes, ce qui revient apprendre comment le 3ème Reich a été vaincu avant de savoir comment, pourquoi et dans quelles conditions Hitler a accédé au pouvoir !! Quant au thème consacré à l’histoire de la France au 20ème siècle, et wsur le fond duquel il y aurait beaucoup à dire, il est rejeté en fin de programme, et ne sera donc jamais étudié !

Tout ceci n’est pas que caprices de prima dona désireuses de laisser leur marque. Il ne s’agit pas d’un conflit entre historiens, ni même d’une vision nouvelle de l’enseignement de l’histoire. Ce à quoi nous assistons c’est à la volonté délibérée de laisser les jeunes français, de quelque origine qu’ils soient, dans l’ignorance de l’histoire de leur pays, de sa grandeur passée, de sa capacité à la retrouver et de son rôle universaliste.  Il s’agit de les empêcher de comprendre qu’ils appartiennent à une même Nation forgée par son histoire. Il s’agit de la volonté de valoriser et de favoriser le repli identitaire au sein de communautés ethniques ou religieuses, concept destructeur de l’idée même de nation. Or jamais, dans le monde multipolaire et dangereux qui est le nôtre, ce concept n’a été aussi nécessaire et qui, tandis que chez nous des idéologues parés de la tunique de la bien pensance et de la repentance s’acharnent à le détruite, est porté aux nues partout ailleurs dans le monde.

 Il ne suffit pas de crier Vive la France à la fin de chaque discours ni de graver la devise de la République sur le fronton des écoles. Il faut redonner aux jeunes français la fierté de la Patrie et de son passé pour leur redonner foi et confiance dans son avenir. Pour cela il faut à nouveau porter bien haut le roman national au lieu de paraitre en avoir honte et cesser une foi pour toute de vouloir complaire aux censeurs sourcilleux d’une idéologie communautariste  qui n’existe que parce qu’elle est la seule à oser s’exprimer.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

UNION LOCALE CGT PESSAC |
l'Algérie de Demain Se... |
Le comite libertaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Goldmansucks
| Pcdvendee
| Letambourdesaintremy